BITUME

Photo trouvée sur Internet - Pas de source

Leurs cœurs écorchés par le froid, leurs ombres perdues dans la brume. Ils n'ont plus rien à part leurs corps meurtris et la peine accrochée au bitume. Ils ont été abandonnés comme des chiens. Ils ne ressemblent plus à des hommes, on dit qu'ils sont des moins que rien.Pourtant je trouve qu'ils ont l'air humain et derrière la crasse, l'alcool et la faim, y a des hommes qui luttent, y a des hommes qui se meurt. Puis y a des regards au loin qui se perdent sans penser au lendemain, ils ont peur. Car demain sera toujours incertain, ils cherchent l'erreur. Puis ils tiennent au creux de leur ventre, cette honte de n'être plus rien. Ils sont devenus des fantômes qui hantent les rues, les métros et les ponts, chantant en cœur des refrains d'errance. Et on passe devant l'air de rien, penaud, on baisse la tête, on tourne le regard, on change de trottoir, on veut surtout pas porter le chapeau. On préfère les laisser crever dans la solitude, le froid et la souffrance.

Posts les plus consultés de ce blog

La marée à Découvert